Tu es au bord de la mer. Il fait beau, un vent frais fait danser tes cheveux. Tu te promènes tranquillement, les pieds nus dans l’eau. Tu as envie de vivre une petite aventure et tu suis ce chemin sinueux le long de la plage. Au début, c’est du sable fin , c’est doux et agréable sous tes pieds. Puis, tu arrives à une digue rocheuse. Tu continues, c’est amusant de grimper sur les rochers et de sentir leur surface lisse et chaude sous tes pieds nus. Tu sautilles comme une enfant et tu ris, tu te revois faire la même chose gamine. Et puis, le chemin commence à prendre une tournure plus chaotique, les roches sont plus espacées, glissantes et pointues. Tu n’as pas vraiment envie de faire marche arrière, mais tu ne sais pas non plus où ce chemin va te mener et si tu ne vas pas te casser la figure. L’appréhension monte. Ton cœur bat plus vite. Tu sautes de roche en roche en faisant attention où tu mets les pieds, tu continues prudemment mais sûrement. Et tu finis par arriver à un superbe point de vue avec un coucher de soleil magnifique qui t’emplit le cœur et les yeux de beauté et de gratitude .

Vivre sa vie c’est exactement pareil.

Dès lors que tu t’aventures hors de ce que tu connais déjà, il y a une part d’appréhension et de risque : le risque de se casser la gueule, ou plutôt que tes attentes ne correspondent pas vraiment au résultat. (Je suis pour ma part convaincue que l’échec n’existe pas, c’est juste une manifestation différente de ce que l’on voulait créer et il y a toujours quelque chose à en tirer.)

Que tu crées ton activité professionnelle, que tu te lances dans un nouveau projet, que tu quittes ton lieu de vie, ton compagnon ou ta famille, que tu cherches à perdre du poids, que tu oses changer tes habitudes de vie, il y a toujours cette part d’appréhension parce que tu te diriges vers quelque chose d’inconnu.

Avoir des objectifs, des plans, des systèmes en place, des outils de développement personnel pour avancer plus facilement, c’est génial mais à un moment donné, il faut y aller. Tu peux passer des années lumière à explorer tout ce qui te freine ou te bloque, dès lors que tu abordes une nouvelle étape de ta vie ou que tu crées un nouveau changement, de nouveaux freins apparaitront et la meilleure façon de les dépasser est de les affronter.

Je vois souvent des personnes en accompagnement qui me disent « je dois encore travailler sur ça » lorsqu’on aborde un sujet sur lequel elles ne se sentent pas vraiment libres ou épanouies. Je sens bien que le sujet n’est pas limpide et elles n’ont pas toujours envie d’aller plus loin sur l’instant et c’est ok, chacun sa route et son moment.

Mais à un moment, si tu veux avancer dans ta vie, il s’agit juste de foncer.

Tes saboteurs internes, tes peurs, tes appréhensions, ils vont encore être là à un degré ou un autre.

Et parfois la meilleure façon d’avancer, c’est juste de te bouger le cul !

Tu vas peut-être penser que je suis sacrément gonflée de te dire ça alors que tu crèves de trouille et que tu n’y peux rien, que tu fais de ton mieux pour créer une vie dans laquelle tu te sentes vraiment bien. Et que ça te semble parfois tellement dur !

Je vais être honnête avec toi : j’écris des articles d’abord pour moi. Déjà parce que j’adore ça ! Et aussi pour me souvenir d’une situation qui a changé et comment je l’ai changée, pour faire le point sur des évolutions de ma vie, pour me booster moi-même. C’est marrant de se relire et de se faire du bien 😉 Donc, si je parle de se bouger le cul, c’est d’abord et surtout pour moi. Si ça te sert à toi, tant mieux !

Tu vois, il y a toutes ces envies et ces idées que tu mets de côté pour plus tard, quand ce sera le moment et que tu seras prête, avec souvent tout un tas de bonnes excuses pour ne pas le faire maintenant…

Quel pas peux-tu faire aujourd’hui pour avancer ?

Quelle peur peux-tu choisir d’affronter ?

Et si c’est vraiment trop difficile toute seule, je suis là pour t’accompagner.

D’autres articles pour t’inspirer :

Comment donner vie sereinement à tes idées

Est-ce que tu sais à quel point tu comptes ?

Surmonter tes peurs